agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

langues Portails : www - étudiants - personnels langues

Vous êtes ici : fr > Archives > F.I.L. (Fac-Info-Langues) > FIL n° 62 (Conseil du 6 novembre 2006)

FIL n° 62 (Conseil du 6 novembre 2006)

 

Conseil de la Faculté des Langues réuni en séance plénière le 6 novembre 2006

PRINCIPALES INFORMATIONS ET DÉCISIONS

1. Informations générales

- Contrat quadriennal : le Ministère ne s'est pas encore prononcé sur les maquettes des parcours de licence qui ont été transmises par l'Université. Mme MAURER-FEDER, Vice-présidente du CEVU, s'est entretenue avec la Doyenne au sujet des demandes présentées par la Faculté concernant des licences bi-disciplinaires pour lesquelles on note un faible effectif étudiant (Infocom-Allemand, Infocom-Espagnol). Étant donné les faibles effectifs potentiels, il est préférable de renoncer à la mention bi-disciplinaire pour ces formations, qui resteront néanmoins des parcours de licence. Le Président JOURNÈS a précisé qu'une seule enveloppe financière sera accordée pour les habilitations et qu'il n'y aura pas de dotation supplémentaire pour les créations de diplômes.

Le problème des parcours bi-disciplinaires qui ne donnent pas lieu à un diplôme bi-disciplinaire est à nouveau évoqué. Il faudra vérifier si le logiciel Apogée permet d'éditer des attestations certifiant que l'étudiant a suivi un double parcours. Si tel est le cas, il faudra systématiquement remettre aux étudiants, en plus de leur diplôme, cette attestation.

- Politique du PRES ?Université de Lyon? [Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur] : l'équipe présidentielle s'est engagée dans la construction de cette nouvelle structure qui remplacera le PUL [Pôle Universitaire de Lyon]. Le Conseil d'Administration du 31 mars 2006 a voté en faveur de la signature du projet de convention constitutive du PRES. Ce PRES regrouperait les centres de recherche, les écoles doctorales, certains masters ainsi que les formations des étudiants étrangers en langue française. La mise en place de PRES au niveau national a pour objectif de répondre au classement de Shanghai dans lequel les universités françaises sont très mal classées. Il s'agit de développer la visibilité internationale des sites universitaires français, d'attirer les meilleurs étudiants et également d'enrayer la crise des chercheurs. Pour mener à bien ces objectifs, des crédits importants devraient être débloqués. Plusieurs sites ont été retenus qui s'appuieront sur des Réseaux Thématiques de Recherche Avancée [RTRA]. L'Académie des Sciences a retenu 13 projets de RTRA au niveau national. La Région Rhône-Alpes comprendra 3 RTRA dont 1 sous l'appellation ?Sciences Humaines et Sociales?. Ce RTRA sera composé d'Instituts d'Études Avancées [IEA]. Lyon sera le siège d'un IEA ?Littérature et Humanité?. Quant à l'Université Lyon 2, elle sera le siège d'un projet intitulé ?L'Europe de la connaissance?. La Doyenne indique qu'à ce jour elle ne dispose d'aucune information précise sur ce projet.

- Budget 2007 : la lettre de cadrage du budget de l'exercice 2007 a été présentée lors du dernier Conseil d'Administration de l'Université. Elle tient compte de l'entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2006 de la LOLF [Loi Organique relative aux Lois de Finances] et s'appuie sur une culture du résultat. Les dépenses doivent en effet être réalisées en fonction des projets définis lors de l'élaboration du budget.

Par ailleurs, à la demande du syndicat des étudiants UNEF, l'Université va procéder à la suppression et au remboursement des droits spécifiques qui permettaient de financer certaines activités sportives ou culturelles offertes aux étudiants. Les droits d'inscription demandés pour l'inscription au diplôme du CLES restent autorisés.

- Relations internationales : afin de recenser la liste des accords internationaux conclus par la Faculté des Langues, M. MERLO a transmis aux enseignants responsables des échanges une fiche à compléter. Il n'a reçu en retour que 17 fiches qui correspondent à 17 accords. Il précise qu'il n'est pas possible d'obtenir une liste des accords internationaux auprès de la Direction des Relations Internationales car certains accords ne dépendent pas exclusivement de la Faculté des Langues. Il souligne également le fait que la Faculté des Langues est la seule composante à ne pas avoir mis en place un réseau centralisé pour les échanges internationaux, ce qui l'affaiblit notamment en ce qui concerne les demandes de financement. La Doyenne demande aux départements qui n'ont pas répondu à l'enquête de M. MERLO de bien vouloir le faire. Par ailleurs, les membres du Conseil observent que pour certains échanges toutes les places proposées aux étudiants ne sont pas pourvues. La Doyenne propose de mettre en place une commission facultaire qui ferait le point sur les places restées vacantes.

2. M2 Traduction littéraire et édition critique

- Le renouvellement de ce master a été demandé dans le cadre du prochain contrat quadriennal. Il s'agit d'un master professionnel auquel collaborent des maisons d'édition et des traducteurs et pour lequel il est possible d'instaurer des frais de dossier et de percevoir la taxe d'apprentissage. Mme GILSON, responsable de la formation, souhaite que les frais de dossier soient fixés à 40 ? et demande l'autorisation de percevoir la taxe d'apprentissage. Soumises au vote du Conseil, ces deux demandes sont approuvées à unanimité .

3. Statut des langues ?patrimoniales?

- Il s'agit des langues qui attirent peu d'étudiants et qui par conséquent ne peuvent pas être gérées sur la base de 40 étudiants inscrits au minimum. Pour la Faculté des Langues, sont concernés : les langues scandinaves, le catalan et l'hébreu. Ces langues sont gérées par le Département FILTRE soit au titre des UE libres, soit au titre des LVE. Dans le cadre des UE libres, le Département FILTRE a procédé à la fermeture de TD lorsqu'il y avait moins de 18 étudiants inscrits alors que, pour certains enseignements, les étudiants avaient commencé à suivre les cours depuis plusieurs semaines. Cette fermeture de cours a également pour conséquence de placer en sous-service les enseignants de la Faculté chargés d'enseigner ces langues, d'accroître le déficit des heures et de fausser le calcul des taux d'encadrement de la composante. La Doyenne a demandé que le statut des langues patrimoniales soit inscrit à l'ordre du jour d'un prochain CEVU. Il est donc nécessaire d'élaborer une position facultaire sur cette question sensible. Les membres du Conseil souhaitent qu'une réunion soit organisée sur ce point avec M. PUECH, directeur du Département FILTRE. Ils se prononcent également favorablement pour que ces langues soient de nouveau gérées par la Faculté des Langues tout en conservant leur statut de langues patrimoniales et le financement correspondant.

4. Projet LEA FASILD

- Ce projet a pour objet de mettre en place un partenariat entre le département de LEA et le FASILD [Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Discriminations] qui est un établissement public à caractère administratif. M. TRABELSI est l'initiateur de ce projet qui concerne les enseignants arabisants de la Faculté. Ces enseignants interviendraient auprès des milieux associatifs, des entreprises et des organismes publics sur deux questions :

. Interprétariat,

. Féminisme, immigration et identité culturelle.

Le Conseil de la Faculté approuve à l'unanimité ce projet de partenariat.

5. Mention complémentaire du CAPES

- Les étudiants préparant le CAPES sont dorénavant tenus de choisir une mention complémentaire en plus de la formation disciplinaire principale qu'ils suivent. Les étudiants qui choisissent au titre de cette mention complémentaire une langue étrangère demandent à suivre les cours de la Faculté. Il faudra vérifier dans les textes ministériels si cette mention complémentaire est exigée pour tous les CAPES. La Doyenne demande également qu'on lui signale les éventuels problèmes qui pourraient être liés à un afflux d'étudiants dans les cours.

6. Questions diverses

- Demandes de financement des départements : ces demandes seront étudiées lors d'un prochain Conseil de Faculté (décembre ou janvier). Il est demandé aux directeurs des départements de soumettre ce point à l'examen de leur conseil de département.


mise à jour le 22 novembre 2006


Dans la même rubrique

Université Lumière Lyon 2